Mérule : caractéristique, indice de présence

La mérule

La mérule est un champignon lignivore très répandu en France et qui peut commencer son action destructrice à partir d’une humidité des bois de 20-22%.

  • Dégâts de la mérule
    Dégâts de la mérule

La Mérule se développe très activement si la température est proche de 20°C et dans des endroits confinés. Elle survit à des températures comprises entre 5°C et 27°C

Grâce à ses ramifications (appelées syrrotes), elle peut se développer à travers les joints de maçonneries sur plusieurs mètres et transporter l’eau nécessaire à sa survie et ainsi croître à raison de 4 mm environ par jour. Elle peut ainsi atteindre une pièce ne présentant pas de défaut d’humidité.
Facilement identifiable par un professionnel certifié CTB-A+ mais beaucoup moins par les autres acteurs du bâtiment, la mérule forme en surface des traces cotonneuses épaisses et blanches et des filaments gris. Ses fructifications se présentent sous forme de carpophores de couleur rouille aux bordures blanches et de spores rouilles

Indices de présence

  • cordons mycéliens épais (Syrrotes)
  • mycélium épais, cotonneux blanc, parfois gris légèrement violacé, jaune (photo)
  • exude parfois des gouttelettes
  • voile fin et blanchâtre
  • production importante de spores, présence d’une fine poussière brune (spores)

Les dégâts :

  • Cubes bruns assez gros secs et cassants (photo)
  • Plutôt sur résineux, mais aussi feuillus (chêne compris)

Le coniophore

Le coniophore (ou champignon des caves), autre champignon de pourriture cubique, peut être confondu par son aspect à la Mérule.

Dégâts du coniophore
Dégâts du coniophore

Cependant, la puissance de son attaque est largement inférieure à celle de la Mérule.

Il ne possède pas la faculté comme la Mérule de transporter l’eau au travers des cordons mycéliens.

Conditions de développement :

  • Humidité des bois à partir de 22% (Humidité minimale pour la pourriture à partir de 30%)
  • Température optimale : 22°C à 25°C

Indices de présence

  • Mycélium blanchâtre rare, en début de développement
  • Cordons mycéliens bruns foncés à noirs, non inclus dans un voile (photo)

Dégâts :

  • Cubes plus petits cassants, très bruns (photo)
  • Attaquent les résineux et feuillus

Les pourritures fibreuses

Les champignons de pourriture fibreuse se développent sur des bois dont les taux d’humidité sont très élevés, supérieurs à 40%.
Ces champignons possèdent des enzymes permettant de décomposer la lignine et cellulose du bois engendrant une défibrillation profonde du bois.

Le bois prend une teinte plus claire et une texture très ramollie

Les espèces les plus connues : le Donkioporia expansa et le Trametes versicolor

 

Les pourritures molles

Les champignons de pourriture molle se développent lorsque le bois est gorgé d’eau et le plus souvent en contact permanent avec l’eau ou le sol. Résineux comme feuillus sont susceptibles d’être attaqués. Le bois prend une teinte très foncée, noirâtre et une texture ramollie en surface (avec une éventuelle dégradation en petits cube en surface)

Rechercher sur le site